Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Actualités juridiques Drouineau 1927

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit bancaire

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale

Cass. 1re civ., 4 avr. 2024, n° 22-23.040

Une banque consent un prêt professionnel à une société, garanti par un cautionnement accordé par une seconde société et un sous-cautionnement consenti par le gérant de cette société.

À la suite de la défaillance du débiteur principal, le prêteur actionne la caution qui règle plusieurs mensualités puis le solde du prêt.

Subrogée dans les droits du prêteur, la caution prononce la déchéance du terme et réclame le remboursement total de la dette au débiteur principal ainsi qu’à la sous-caution.

Ces derniers forment un pourvoi en reprochant à l’arrêt de la cour d’appel d’avoir jugé que la caution, bénéficiaire de la subrogation légale, avait pu exercer tous les droits du créancier subrogeant, dont celui de prononcer la déchéance du terme du contrat de prêt.

La Cour de cassation sanctionne la décision des juges du fonds au visa des anciens articles 1251 3° et 1252 du Code civil (dont le contenu est quasiment repris à l’identique dans le nouvel article 1346-4 du code civil issu de l’ordonnance du 10 février 2016 réformant le régime général des obligations) et indique qu’il résulte de la combinaison de ces textes que la subrogation légale permet de transférer à son bénéficiaire uniquement la créance et ses accessoires, à l’exception des droits exclusivement attachés à la personne du créancier, dont fait partie la déchéance du terme.

Au stade de la contribution à la dette, la caution bénéficie d’une dualité de recours à l’encontre du débiteur principal et de la sous-caution.

En effet, le cautionnement étant le contrat accessoire à une obligation principale (en l’espèce, le remboursement du prêt contracté), aucune charge ne peut définitivement peser sur la caution.

À cette fin, la caution bénéficie d’une part, d’un recours subrogatoire (article 2309 du code civil), dont le mécanisme est exposé ci-après et d’autre part, d’un recours personnel (article 2308 dudit code) qui lui permet d’obtenir du débiteur principal le recouvrement de la somme payée ainsi que les intérêts moratoires, les frais exposés et d’éventuels dommages et intérêts.

Par principe la subrogation personnelle permet à la caution de se voir attribuer, afin de les exercer, les droits et actions détenus par le créancier subrogeant à l’encontre du débiteur principal et des tiers.

Pour rappel, la subrogation légale est un mode de transmission de créance qui produit à la fois un effet extinctif et un effet translatif de la créance.

Par la subrogation, le créancier appelé le subrogeant transmet au subrogataire, dans les limites de ce qu’il a payé, la créance et ses accessoires qu’il détient sur le débiteur, appelé le subrogé.

À la différence du recours personnel, le recours subrogatoire est limité dans son quantum aux sommes effectivement payées par la caution au créancier et la caution s’expose à se voir opposer toutes les exceptions que le débiteur pouvait opposer au créancier.

Si la voie du recours subrogatoire est privilégiée en pratique, elle peut cependant s’avérer préjudiciable.

C’est ainsi que la Haute juridiction affirme que la déchéance du terme, étant un droit exclusivement attaché à la personne du créancier, ne saurait constituer un quelconque droit accessoire de la créance et ne pourrait donc être prononcée par la caution.

Autrement dit, la faculté de prononcer le remboursement anticipé du solde du prêt ne peut être transférée au bénéficiaire d’une subrogation légale car elle n’est pas un accessoire de la créance mais un droit exclusivement attaché à la personne du créancier.

La déchéance du terme est donc une prérogative inhérente à la qualité de prêteur de deniers.

Par ailleurs, il est possible de s’interroger sur l’utilisation du principe de l’ancien article 1252 du Code civil (repris dans sa substance par le nouvel article 1346-3 dudit code) qui énonçait que « la subrogation ne peut nuire au créancier lorsqu’il n’a été payé qu’en partie » pour justifier l’absence de possibilité pour la caution de provoquer la déchéance du terme.

En effet, lorsque la caution n’a payé que partiellement le créancier, ce dernier conserve sa qualité de créancier. Le paiement partiel fait alors naître un conflit d’intérêt entre le créancier subrogeant et la caution subrogée, conflit que le code civil tranche en faveur du subrogeant[1].

Or dans l’arrêt d’espèce, il est précisé que la caution a payé au créancier l’intégralité de la dette, de sorte que cette justification par le prisme de la subrogation partielle ne peut donc tenir.

En conclusion, il peut être perçu au travers de cette décision une invitation de la caution à exercer son recours personnel qui présente l’avantage de ne pouvoir se voir opposer les exceptions.

À tout le moins, l’arrêt pose une limite aux effets de la subrogation personnelle.


[1] Merryl Hervieu, Des avantages du recours personnel de la caution contre le débiteur principal, Dalloz, 2 mai 2024

image juridique
Alexandre ROY