La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port

Actualités juridiques Drouineau 1927

La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit du littoral

La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port

La nouvelle stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML) 2024-2030 vient d’être adoptée par le décret n°2024-530 publié au Journal Officiel ce mardi 11 juin.

Elle fixe les grandes orientations de planification de l’espace maritime et littoral français et constitue le cadre de référence pour l’ensemble des politiques publiques en la matière.

La France a adopté sa première SNML en 2017, pour la période 2017-2023. Elle fait suite au Grenelle de la Mer (2009) et décline la stratégie européenne en la matière.

Révisée tous les 6 ans, la SNML 2024-2030 a été élaborée par l’Etat en concertation avec les collectivités territoriales, la communauté scientifique, les acteurs socio-économiques et les associations de protection de l’environnement concernés.

Elle poursuit quatre grandes priorités : neutralité carbone ; biodiversité ; équité ; économie. Ces priorités sont traduites en 18 objectifs, assortis de mesures concrètes.  

Si la SNML 2024-2030 est validée par le décret, elle n’est encore pas disponible en ligne et son contenu ne peut donc être analysé. La version ouverte à la consultation jusqu’en octobre dernier nous en offre un aperçu.   

L’objectif n°3 « Valoriser le patrimoine littoral et maritime » implique de « soutenir le développement des sentiers du littoral par un partenariat Etat-collectivités et intégrer systématiquement la dimension patrimoniale archéologique et historique dans la conception des projets et des outils de valorisation ».

L’objectif n°5 « S’adapter aux effets du changement climatique et accompagner l’évolution du trait de côte » se concrétise par l’accompagnement des collectivités territoriales « par des outils d’adaptation et de recompositions spatiales, dans la perspective de projets de territoire pour faire face au recul du trait de côte ».

La SNML a vocation à être déclinée localement dans les DSF (documents stratégiques de façades) ou dans les DSBM en outre-mer (documents stratégiques de bassins maritimes).

Ces derniers, qui devront être mis à jour, sont opposables à certains documents d’urbanisme, schémas de planification et projets, dans un rapport de compatibilité (article L219-4 du Code de l’environnement).

Par exemple, les SDAGE, les SCOT et à défaut, les PLU, doivent être compatibles avec les objectifs et dispositions du document stratégique de l’espace géographique concerné (5° I de l’article L219-4 du Code de l’environnement).

À suivre donc…

La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port
Julie Gervais de LAFOND