L’adaptation des territoires littoraux face à l’érosion côtière

Actualités juridiques Drouineau 1927

L’adaptation des territoires littoraux face à l’érosion côtière

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit du littoral

L’adaptation des territoires littoraux face à l’érosion côtière

Régime d’adaptation des territoires littoraux à l’érosion côtière : de nouvelles communes embarquent

Le décret n°2024-531 du 10 juin 2024 actualise la liste « des communes dont l’action en matière d’urbanisme et la politique d’aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires entraînant l’érosion du littoral », qui sont désormais au nombre de 317.

Y figurent les nouvelles communes volontaires ayant délibéré favorablement pour leur inscription, après avoir évalué leur vulnérabilité à l’érosion côtière.

En Charente-Maritime, 3 communes supplémentaires intègrent le dispositif : Moëze, Saint-Froult et La Tremblade. En Vendée, les communes de L’Aiguillon-La-Presqu’île, Jard-sur-Mer, Longeville-sur-Mer et Talmont-Saint-Hilaire rejoignent le dispositif. En Martinique, il s’agit des communes du Carbet, du Diamant, Le Marigot ainsi que Bellefontaine.

Elles accèdent aux mécanismes de gestions du recul du trait de côte  issus de la loi Climat et Résilience du 22 août 2021 n°2021-1104 et de l’ordonnance du 6 avril 2022 n°2022-489 : réalisation de cartes locales d’exposition au recul du trait de côte, adaptation des documents d’urbanisme, droit de préemption spécial érosion côtière, nouveau bail de longue durée constitutif de droits réels, possibilité de déroger à la loi « Littoral » pour des opérations de relocalisation sous certaines conditions, etc.

Le décret prend acte du retrait d’une commune de la liste : la commune de Marseillan (Hérault) laquelle a souhaité s’en extraire en raison des conséquences économiques et des incertitudes juridiques et financières qui pourraient en découler.

Ce retrait, bien qu’isolé, témoigne des doutes que connaissent les décideurs locaux face à un régime qui comporte encore des zones d’ombres. De nombreuses communes concernées se refusent à intégrer le dispositif.

Malgré l’instabilité législative que connaît le pays, la question de l’aménagement des territoires littoraux ne perd pas de son importance.

Julie Gervais de LAFOND