Celui qui ne travaille pas le dimanche n’a pas droit à la prime du dimanche !

Actualités juridiques Drouineau 1927

Celui qui ne travaille pas le dimanche n’a pas droit à la prime du dimanche !

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Celui qui ne travaille pas le dimanche n’a pas droit à la prime du dimanche !

Il y a certaines évidences qu’il est bon de rappeler ce que le conseil d’État vient de faire dans une décision du 4 juin 2019 rendue sous le numéro 426 404.

Il est établi que lorsqu’un fonctionnaire en décharge d’activités de services pour l’exercice d’un mandat syndical réclame le paiement des sommes qui lui sont dues, il a le droit au maintien de son traitement indiciaire, attaché à l’emploi qu’il occupait avant d’en être déchargé pour exercer son mandat.

Il est encore précisé que ce fonctionnaire a le droit au maintien de l’ensemble des primes et indemnités légalement attachées audit emploi.

Cependant, dès lors que ces indemnités sont liées à des charges et contraintes particulières, leur maintien est soumis à l’exercice effectif desdites contraintes.

Dit autrement, si le fonctionnaire du fait de sa décharge d’activité n’est plus exposé à des horaires spécifiques, à des lieux d’exercice particuliers ou à des durées de travail aménagées, il ne peut prétendre au versement des indemnités destinées à compenser ces charges et contraintes particulières.

Le conseil d’État vient de le rappeler de manière limpide en indiquant que si le fonctionnaire a le droit au paiement de l’ensemble des primes et indemnités légalement attachées à cet emploi, lorsqu’il est en décharge de service, c’est évidemment à l’exception des indemnités destinées à compenser des charges et contraintes particulières, tenant notamment à l’horaire à la durée du travail ou au lieu d’exercice des fonctions auxquelles le fonctionnaire n’est plus exposé du fait de la décharge de service.

Il était temps qu’un peu de bon sens reviennent dans cet exercice, ce que le conseil d’État a rappelé de manière claire.

Les indemnités destinées à compenser les charges et contraintes particulières sont versées lorsque lesdites charges et contraintes particulières sont effectivement subies…

Ce rappel, bienvenu, pose toutefois la question du régime indemnitaire des agents de la fonction publique.

N’est-il pas temps, à la faveur des réformes promises, d’identifier les indemnités et primes à des charges et contraintes particulières effectives ?

Pourquoi ne pas réintroduire dans le socle de rémunération du fonctionnaire une base beaucoup plus large tenant compte de la réalité du travail effectué et quelques primes liées à des sujétions particulières réellement subies ?

Vaste sujet…

Thomas DROUINEAU
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public