Contentieux déontologique des praticiens de santé : un médecin expert est investi d’une mission de service public

Actualités juridiques Drouineau 1927

Contentieux déontologique des praticiens de santé : un médecin expert est investi d’une mission de service public

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit médical et déontologie des praticiens de santé

Contentieux déontologique des praticiens de santé : un médecin expert est investi d’une mission de service public

L’article L. 4124-2 du code de la santé publique, qui dispose que : « Les médecins, les chirurgiens-dentistes ou les sages-femmes chargés d’un service public et inscrits au tableau de l’ordre ne peuvent être traduits devant la chambre disciplinaire de première instance, à l’occasion des actes de leur fonction publique, que par le ministre chargé de la santé, le représentant de l’Etat dans le département, le directeur général de l’agence régionale de santé, le procureur de la République, le conseil national ou le conseil départemental au tableau duquel le praticien est inscrit ».

Dans ces conditions, les conseils départementaux ne s’associent pas à la plainte du plaignant initial, mais décident en séance plénière sur la base des dispositions précitées, de saisir ou non la chambre disciplinaire de première instance. La chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins a considéré dans sa décision n° 10159 du 4 juin 2009, que : « Considérant que le Dr B, médecin spécialiste agréé, a été chargé par le comité médical de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales du Bas-Rhin d’effectuer une expertise médicale destinée à apprécier si Mme P, agent du département du BasRhin, était médicalement apte au poste qu’elle occupait et si sa demande de mutation sur un autre poste était justifiée ; que la réalisation par le Dr B de cette expertise a constitué l’exercice d’une fonction publique au sens des dispositions précitées du code de la santé publique ».

Il résulte de cette décision qu’un praticien agissant dans le cadre de ses fonctions d’expert agréé spécialiste chargé d’effectuer une expertise médicale à la demande d’un comité médical, poursuit l’exercice d’une fonction publique, au sens des dispositions de l’article L. 4124-2 du code de la santé publique. Ainsi, toute plainte transmise à la chambre disciplinaire par un conseil départemental de l’ordre décidant ou non de s’y associer et initialement portée à l’encontre d’un médecin expert agissant dans le cadre de ces fonctions précises, par un plaignant qui n’est pas au nombre des personnes limitativement énumérées par ces dispositions, sera rejetée pour irrecevabilité.

Auteur
Thomas PORCHET