Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Actualités juridiques Drouineau 1927

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Dans ce cas d’espèce, une association a déposé une plainte disciplinaire auprès d’un conseil départemental de l’ordre, à l’encontre d’un praticien, soutenant l’existence d’un certificat de complaisance établi pour le compte d’un de ses salariés et mentionnant l’existence d’un syndrome anxiodépressif réactionnel, provoqué par un stress au travail. Le praticien défendeur soutenait que l’employeur ne justifiait pas d’un intérêt à former plainte contre lui, notamment après l’établissement d’un nouveau certificat annulant et remplaçant le certificat initial litigieux. Dans sa décision n° 14303 du 25 novembre 2020, la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins s’est prononcée sur la recevabilité d’une telle plainte. Elle a considéré que : « Toute personne qui a été lésée de manière suffisamment directe et certaine par le manquement d’un médecin à ses obligations déontologiques a la faculté d’introduire, après avoir porté plainte devant le conseil départemental de l’ordre, une action disciplinaire à l’encontre de ce médecin.

En l’espèce, l’ANPAA, employeur de la personne au bénéfice de laquelle le Dr A a établi un certificat médical faisant état d’un « syndrome anxiodépressif réactionnel à un stress au travail », et qui est pour ce motif lésée par le contenu de ce certificat, est recevable à introduire une telle action ». La chambre disciplinaire nationale considère que l’établissement d’un tel certificat, qui comporte des propos de complaisance, méconnait les dispositions des articles R. 4127-28 et R. 4127-76 du code de la santé publique. En effet, le praticien ne pouvait reprendre à son compte les propos de la patiente et faire un lien non constaté, entre son état de santé et ses conditions de travail. Ainsi, un tel certificat doit clairement préciser « selon les dires de la patiente… » et être rédigé au conditionnel. Également, la chambre disciplinaire nationale a considéré que l’établissement d’un second certificat remplaçant et annulant les termes de ce premier certificat de complaisance, n’avait pas pour effet d’effacer la faute déontologique commise à l’occasion de l’établissement de ce premier certificat.

Enfin, cette décision apparaît également particulièrement instructive, puisque la juridiction a considéré que : « Il y a lieu toutefois de tenir compte du fait que le Dr A était, à l’époque des faits, médecin remplaçant en début d’exercice après le passage de sa thèse, et de l’exonérer en raison de ces circonstances de toute sanction. Il en résulte que l’ANPAA n’est pas fondée à se plaindre de ce que, par la décision attaquée, la chambre disciplinaire de première instance a rejeté sa plainte ». Ainsi, la circonstance qu’à l’époque des faits, le praticien en cause était en début d’exercice, est de nature à faire obstacle à l’application d’une sanction disciplinaire, quand bien même le manquement est établi.

Auteur
Thomas PORCHET