Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Actualités juridiques Drouineau 1927

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé

Contentieux disciplinaire des praticiens de santé : en employeur est recevable à déposer une plainte disciplinaire à l’encontre d’un praticien, pour certificat de complaisance au profit d’un de ses salariés

Dans ce cas d’espèce, une association a déposé une plainte disciplinaire auprès d’un conseil départemental de l’ordre, à l’encontre d’un praticien, soutenant l’existence d’un certificat de complaisance établi pour le compte d’un de ses salariés et mentionnant l’existence d’un syndrome anxiodépressif réactionnel, provoqué par un stress au travail. Le praticien défendeur soutenait que l’employeur ne justifiait pas d’un intérêt à former plainte contre lui, notamment après l’établissement d’un nouveau certificat annulant et remplaçant le certificat initial litigieux. Dans sa décision n° 14303 du 25 novembre 2020, la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins s’est prononcée sur la recevabilité d’une telle plainte. Elle a considéré que : « Toute personne qui a été lésée de manière suffisamment directe et certaine par le manquement d’un médecin à ses obligations déontologiques a la faculté d’introduire, après avoir porté plainte devant le conseil départemental de l’ordre, une action disciplinaire à l’encontre de ce médecin.

En l’espèce, l’ANPAA, employeur de la personne au bénéfice de laquelle le Dr A a établi un certificat médical faisant état d’un « syndrome anxiodépressif réactionnel à un stress au travail », et qui est pour ce motif lésée par le contenu de ce certificat, est recevable à introduire une telle action ». La chambre disciplinaire nationale considère que l’établissement d’un tel certificat, qui comporte des propos de complaisance, méconnait les dispositions des articles R. 4127-28 et R. 4127-76 du code de la santé publique. En effet, le praticien ne pouvait reprendre à son compte les propos de la patiente et faire un lien non constaté, entre son état de santé et ses conditions de travail. Ainsi, un tel certificat doit clairement préciser « selon les dires de la patiente… » et être rédigé au conditionnel. Également, la chambre disciplinaire nationale a considéré que l’établissement d’un second certificat remplaçant et annulant les termes de ce premier certificat de complaisance, n’avait pas pour effet d’effacer la faute déontologique commise à l’occasion de l’établissement de ce premier certificat.

Enfin, cette décision apparaît également particulièrement instructive, puisque la juridiction a considéré que : « Il y a lieu toutefois de tenir compte du fait que le Dr A était, à l’époque des faits, médecin remplaçant en début d’exercice après le passage de sa thèse, et de l’exonérer en raison de ces circonstances de toute sanction. Il en résulte que l’ANPAA n’est pas fondée à se plaindre de ce que, par la décision attaquée, la chambre disciplinaire de première instance a rejeté sa plainte ». Ainsi, la circonstance qu’à l’époque des faits, le praticien en cause était en début d’exercice, est de nature à faire obstacle à l’application d’une sanction disciplinaire, quand bien même le manquement est établi.

Auteur
Thomas PORCHET