Covid-19 : convocation des conseils municipaux d’installation et gouvernance des EPCI

Actualités juridiques Drouineau 1927

Covid-19 : convocation des conseils municipaux d’installation et gouvernance des EPCI

Autres actualités

Un lanceur d’alerte doit être désintéressé et de bonne foi

Fonction publique : un lanceur d’alerte doit être désintéressé et de bonne foi L’article 6 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016, relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à...

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière 

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière : Face au recul du trait de côte, qui touche 20% des côtes françaises selon le CEREMA, les maires sont en première ligne. Se pose la question de...

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur L’éolien oui, mais pas quoiqu’il en coûte sur le plan écologique. Dans un arrêt du 18 avril 2024 n°471141 commune de Tardère et autres,...

La loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ?

Point sur la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dite loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ? La loi n°2005-105 du...

Du nouveau en matière d’agrivoltaïsme !

Décret n°2024-318 du 8 avril 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur des terrains agricoles, naturels ou forestiers : enfin du nouveau en matière d’agrivoltaïsme ! L’agrivoltaïsme est un système...

Loi Littoral : les foodtrucks en espace remarquable

Les dispositions de la Loi Littoral souffrent de quelques imprécisions qui nécessitent un travail d’interprétation. La question de la présence de foodtrucks en bord de plage, en espace remarquable, en fait partie. Les communes sont...

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droits des collectivités locales, actes administratifs

Covid-19 : convocation des conseils municipaux d’installation et gouvernance des EPCI

En application du décret n° 2020-571 du 14 mai 2020, les élus du 15 mars des communes dans lesquelles le scrutin a été acquis en totalité au premier tour, entrent en fonction ce jour.

L’ordonnance n° 2020-562 du 13 mai 2020, avait précisé certaines modalités quant à l’organisation de la séance d’installation.

Les textes demeurent muets sur la question de la convocation. En toute logique, il appartient au maire sortant de convoquer le conseil municipal d’installation, comme le précise la circulaire du Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, en date du 15 mai, relative à l’installation de l’organe délibérant des communes et des établissements de coopération intercommunale à fiscalité propre, à la suite des élections du 15 mars 2020.

Dans ce contexte, la gouvernance des EPCI pose d’ailleurs de nombreuses difficultés, comme nous l’avions fait remarquer dans un article en date du 15 avril 2020, notamment dans le cas de présidents, non réélus et ayant donc perdu toute légitimité dès le 15 mars et par conséquent leur mandat de conseiller communautaire le 18 mai.

En effet, il est particulièrement surprenant que des élus qui auraient perdu toute légitimité le 15 mars, car non élus ou sans avoir été candidats, puissent conserver la présidence d’un EPCI.

C’est pourtant le cas, puisque même dans ces cas, la circulaire précitée proposé là encore, une solution hybride.

L’exécutif sortant en son entier, demeure en fonction, mais sans être comptabilisé dans la représentativité de l’EPCI et sans prendre part aux votes.

Toutefois, ces membres de l’exécutif, quand bien même ils auraient donc perdu leur mandat de conseiller communautaire, conservent la plénitude de leurs fonctions exécutives et les délégations consenties en application de l’article L. 5211-10 du code général des collectivités territoriales, demeurent.

Affaire à suivre…

Thomas Porchet
Avocat
DROUINEAU 1927