Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Actualités juridiques Drouineau 1927

Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a refusé d’ordonner l’expulsion « des gilets jaunes » d’une ancienne école maternelle occupée au 132, Boulevard d’Angleterre depuis quatre mois à la Roche-sur-Yon.

La commune avait volontairement mis à disposition des « gilets jaunes » cette ancienne école, au mois de décembre 2018.

Il s’agissait incontestablement d’une mise à disposition d’une dépendance du domaine public.

Dans le cadre du mouvement dit des »gilets jaunes », une représentante avait déclaré prendre possession du local appartenant à la ville.

Désirant reprendre son bien, la commune a sollicité le départ des « gilets jaunes » puis leur expulsion devant le tribunal administratif de Nantes qui a estimé dans une appréciation originale que, en procédant comme elle l’avait fait, la ville de la Roche-sur-Yon devait être regardée comme ayant délivré à la représentante des « gilets jaunes » une autorisation d’occupation du domaine public ne comportant aucune condition ou restriction quant à la durée de l’occupation consentie.

Cette analyse peut apparaître surprenante au regard des dispositions du code général de la propriété des personnes publiques et notamment de l’article L2122 – 1 qui rappelle que nul ne peut sans titre l’y habilitant occuper une dépendance du domaine public.

En supposant même pour les besoins du raisonnement qu’un titre ait effectivement été consenti, il conviendrait dès lors qu’en application de l’article L2125 – 1 de ce même code une redevance soit appliquée.

Les conditions de la gratuité de l’occupation domaniale sont en effet très limitativement énumérées, et elles peuvent notamment concerner une association poursuivant un but d’intérêt général.

Peut-on véritablement parler d’une telle situation en présence du mouvement des « gilets jaunes » ?

De plus, les critères marquants l’occupation domaniale sont la précarité et la révocabilité (article L 2122-3 du code général de la propriété des personnes publiques).

Comment dans ces conditions maintenir en place un mouvement, voire même un occupant quel qu’il soit dès lors que, pour des motifs qui devraient relever de l’intérêt général, une collectivité décide de mettre un terme à une occupation domaniale ?

Enfin, au regard de l’affectation, il y a là également une curiosité.

L’article L2121 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques rappelle que les biens du domaine public sont utilisés conformément à leur affectation à l’utilité publique.

Au cas particulier il s’agit manifestement d’une ancienne école maternelle.

Elle est nécessairement affectée à la scolarité et au service public de l’enseignement.

L’occupation par le mouvement dit des « gilet jaunes » ne semble pas correspondre à l’affectation précisément attribuée à ce type d’immeubles.

Autant d’éléments qui donnent à réfléchir, et qui justifient de cette perpétuelle évolution, signe majeur du droit de la domanialité publique, et marqueur de son intérêt croissant.

Voilà, à la faveur d’une jurisprudence particulièrement récente, un développement nouveau apporté au droit de la domanialité publique.

Thomas DROUINEAU
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public