Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Actualités juridiques Drouineau 1927

Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Des modalités d’occupation domaniale originale : l’expérience des « gilets jaunes » à la Roche-sur-Yon.

Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a refusé d’ordonner l’expulsion « des gilets jaunes » d’une ancienne école maternelle occupée au 132, Boulevard d’Angleterre depuis quatre mois à la Roche-sur-Yon.

La commune avait volontairement mis à disposition des « gilets jaunes » cette ancienne école, au mois de décembre 2018.

Il s’agissait incontestablement d’une mise à disposition d’une dépendance du domaine public.

Dans le cadre du mouvement dit des »gilets jaunes », une représentante avait déclaré prendre possession du local appartenant à la ville.

Désirant reprendre son bien, la commune a sollicité le départ des « gilets jaunes » puis leur expulsion devant le tribunal administratif de Nantes qui a estimé dans une appréciation originale que, en procédant comme elle l’avait fait, la ville de la Roche-sur-Yon devait être regardée comme ayant délivré à la représentante des « gilets jaunes » une autorisation d’occupation du domaine public ne comportant aucune condition ou restriction quant à la durée de l’occupation consentie.

Cette analyse peut apparaître surprenante au regard des dispositions du code général de la propriété des personnes publiques et notamment de l’article L2122 – 1 qui rappelle que nul ne peut sans titre l’y habilitant occuper une dépendance du domaine public.

En supposant même pour les besoins du raisonnement qu’un titre ait effectivement été consenti, il conviendrait dès lors qu’en application de l’article L2125 – 1 de ce même code une redevance soit appliquée.

Les conditions de la gratuité de l’occupation domaniale sont en effet très limitativement énumérées, et elles peuvent notamment concerner une association poursuivant un but d’intérêt général.

Peut-on véritablement parler d’une telle situation en présence du mouvement des « gilets jaunes » ?

De plus, les critères marquants l’occupation domaniale sont la précarité et la révocabilité (article L 2122-3 du code général de la propriété des personnes publiques).

Comment dans ces conditions maintenir en place un mouvement, voire même un occupant quel qu’il soit dès lors que, pour des motifs qui devraient relever de l’intérêt général, une collectivité décide de mettre un terme à une occupation domaniale ?

Enfin, au regard de l’affectation, il y a là également une curiosité.

L’article L2121 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques rappelle que les biens du domaine public sont utilisés conformément à leur affectation à l’utilité publique.

Au cas particulier il s’agit manifestement d’une ancienne école maternelle.

Elle est nécessairement affectée à la scolarité et au service public de l’enseignement.

L’occupation par le mouvement dit des « gilet jaunes » ne semble pas correspondre à l’affectation précisément attribuée à ce type d’immeubles.

Autant d’éléments qui donnent à réfléchir, et qui justifient de cette perpétuelle évolution, signe majeur du droit de la domanialité publique, et marqueur de son intérêt croissant.

Voilà, à la faveur d’une jurisprudence particulièrement récente, un développement nouveau apporté au droit de la domanialité publique.

Thomas DROUINEAU
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public