Entrée en vigueur de la réforme des sûretés : Ce qu’il faut retenir !

Actualités juridiques Drouineau 1927

Entrée en vigueur de la réforme des sûretés : Ce qu’il faut retenir !

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit civil

Entrée en vigueur de la réforme des sûretés : Ce qu’il faut retenir !

Depuis la loi Pacte du 22 mai 2019, le gouvernement est habilité à légiférer par voie d’ordonnance le droit des sûretés. Ni une ni deux, le pouvoir règlementaire s’est emparé de cette prérogative et a commencé à dessiner les contours d’une réforme attendue (?) dont les objectifs sont louables : clarifier, améliorer la lisibilité du droit des sûretés et renforcer son efficacité, en outre en pérennisant l’équilibre entre les intérêts de créanciers, titulaires ou pas de sûretés, et ceux des débiteurs et des garants. Ainsi, un projet d’ordonnance a vu le jour, en juin 2021 à la suite des observations formulées sur l’avant-projet d’ordonnance de décembre 2020 et soumis à consultation en janvier 2021. L’ordonnance, dont la publication devait intervenir le 23 mai 2021, a finalement était reportée au plus tard au 23 septembre 2021 en raison de la crise sanitaire. Son entrée en vigueur est fixée au 1er janvier 2022. Parmi les modifications qu’apportera cette nouvelle réforme, on peut citer : – L’ajout d’un nouveau critère de qualification de cautionnement commercial.

En effet, le texte prévoit que « la loi réputerait commercial, entre tous personnes, le cautionnement d’une dette commerciale. » – La simplification du formalisme applicable au contrat de cautionnement. Le projet d’ordonnance prévoit que « Les différents textes régissant le formalisme seront rapatriés dans le code civil ». – La réécriture de l’exigence de proportionnalité du cautionnement. Le texte propose désormais que « L’exigence de proportionnalité du cautionnement s’imposera à tout créancier et la sanction sera la réduction du cautionnement au montant à hauteur duquel elle pouvait s’engager ». – La création d’une obligation de mise en garde dans le code civil au profit de la caution.

Ainsi, « Une nouvelle définition du devoir de mise en garde sera introduite dans le code civil ». Mais concernera-t-elle toutes les cautions ? Civiles comme commerciales ? Profanes comme averties ? – Le rapatriement dans le code civil de l’ensemble des obligations d’information. En ce sens, le projet d’ordonnance prévoit que « Les obligations d’information de la caution éparpillées dans différents codes seront rapatriées dans le code civil ». – L’introduction de la possibilité pour la caution de se prévaloir de l’ensemble des exceptions tenant au contrat principal. « La caution pourra opposer au créancier toutes les exceptions, personnelles ou inhérentes à la dette, qui appartiennent au débiteur ». En somme, cette réforme modifiera profondément le droit des sûretés.

On se gardera de porter un jugement sur les modifications prévues et notamment sur un des objectifs de la réforme qui est de garantir l’équilibre entre les intérêts des créanciers, titulaires ou non de sûretés, et ceux des débiteurs et des garants. En revanche, il est de bon ton d’affirmer qu’en tout état de cause, les créanciers et notamment ceux qui se font consentir des sûretés personnelles devront impérativement se mettre à la page et anticiper cette réforme. A notre avis, cette réforme va surtout pousser les créanciers à se faire consentir des suretés réelles et, s’ils sont particulièrement attentifs à la jurisprudence récente, ils tenteront de se faire consentir des sûretés réelles par des tiers afin de garantir la dette de leurs débiteurs principaux.

Auteur
Maxime HARDOUIN