Faut-il calquer le ressort des cours d’appel civiles sur celui des régions ?

Actualités juridiques Drouineau 1927

Faut-il calquer le ressort des cours d’appel civiles sur celui des régions ?

Autres actualités

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

Bail d’habitation : Erreur sur la surface et délai pour agir

Dans un bail d’habitation, la surface habitable est une donnée importante qu’il est nécessaire de porter à la connaissance du locataire et d’inscrire au contrat de bail. (Cour de cassation, 3e chambre civile, 8 Février...

Le retrait d’agrément de la profession d’assistant maternel

Précisions sur les motifs pouvant fonder un retrait d’agrément de la profession d’assistant maternel L’article L. 421-3 du code de l’action sociale et des familles, dispose que : « L’agrément nécessaire pour exercer la profession d’assistant maternel...

La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port

La nouvelle stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML) 2024-2030 vient d’être adoptée par le décret n°2024-530 publié au Journal Officiel ce mardi 11 juin. Elle fixe les grandes orientations de planification de...

L’adaptation des territoires littoraux face à l’érosion côtière

Régime d’adaptation des territoires littoraux à l’érosion côtière : de nouvelles communes embarquent Le décret n°2024-531 du 10 juin 2024 actualise la liste « des communes dont l’action en matière d’urbanisme et la politique d’aménagement doivent être...

Sentier littoral et l’intégration à une association syndicale autorisée

Point sur la notion de sentier littoral et son intégration à une association syndicale autorisée… La France métropolitaine et les territoires ultramarins sont riches de leurs eaux avec environs 20 000 kilomètres de littoral. Le sentier...

Défense contre la mer et propriétaires privés 

Défense contre la mer et propriétaires privés : le recours possible aux Associations Syndicales Autorisées Face au recul du trait de côte, se pose la question de la mobilisation des propriétaires privés dans les opérations de...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Faut-il calquer le ressort des cours d’appel civiles sur celui des régions ?

Cette question, cruciale pour l’aménagement du territoire de notre pays, semble avoir reçu une réponse par la Cour des Comptes.

Cette dernière, dans un référé du 18 juillet 2019 adressé au ministre de la justice, garde des Sceaux, livre une analyse particulièrement inquiétante sur le maintien des ressorts des cours d’appel.

La Cour des Comptes souligne l’inadaptation des ressorts des cours d’appel au périmètre des 13 régions ainsi qu’aux réseaux déconcentrés du ministère de la justice, de l’administration pénitentiaire et de la protection judiciaire de la jeunesse.

Elle relève le manque de coordination dans l’action des cours d’appel avec les autres acteurs de la chaîne pénale.

Mettant en exergue le découpage régional issu de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, la cour souligne également que les politiques partenariales menées par ces mêmes cours d’appel avec d’autres services de l’État ou des collectivités territoriales s’avèrent inadaptées.

Les contraintes en matière de gestion sont également nombreuses.

La cour insiste particulièrement sur l’absence de lien entre l’implantation des délégations interrégionales du secrétariat général du ministère de la justice avec celle des budgets opérationnels de programme.

Enfin, la cour observe que la multiplication des procédures qui résulte de l’éclatement des ressorts des cours d’appel entre plusieurs régions administratives engendre des coûts et des délais supplémentaires notamment en matière de marchés publics.

Si l’on peut parfaitement admettre une telle situation et ne pas s’en satisfaire, on ne peut également que déplorer la conclusion qu’en tire la cour des comptes puisqu’elle recommande de redéfinir les ressorts des cours d’appel au sein des limites régionales et de réduire globalement leur nombre.

C’est bien méconnaître les exigences d’aménagement du territoire et de proximité du juge avec le justiciable que d’énoncer ainsi une telle équation comptable.

Si l’observation est parfaitement légitime, et le souci de rationaliser les modalités de gestion et de dépense des deniers publics bien réel, il n’en reste pas moins qu’il existe d’autres solutions pour répondre à une telle exigence.

Pourquoi ne pas envisager de confier des budgets opérationnels aux cours d’appel en place ?

Pourquoi ne pas envisager de créer un lien entre le ministère de la justice et chaque cour d’appel à travers des délégations dédiées aux cours d’appel et non pas des délégations interrégionales du secrétariat général du ministère de la justice ?

Il existe ainsi pour « reterritorialiser » les régions biens des solutions que les élus du territoire ne manquent pas d’imaginer et d’avoir.

L’État aurait le plus grand intérêt à faire confiance aux territoires et à leurs élus, dont l’intelligence et l’imagination ne font pas défaut.

Il est à craindre cependant, si l’État persiste dans cette lecture exclusivement comptable et parisienne, que les cours d’appel ne désertent les ex-régions…

Thomas DROUINEAU
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public