La surveillance des baignades : l’inquiétude légitime des élus.

Actualités juridiques Drouineau 1927

La surveillance des baignades : l’inquiétude légitime des élus.

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

La surveillance des baignades : l’inquiétude légitime des élus.

Dans une réponse ministérielle du 7 mai 2019 publié sous le numéro 15 924, le ministère de l’intérieur a fait réponse à la question de Madame Sandrine Josso au attirant l’attention de l’État sur le maintien du dispositif des CRS maîtres nageurs sauveteurs pour la saison 2019.

Rappelant l’historique de cette participation, elle soulignait que, depuis 2016, la direction générale de la police nationale avait décidé d’armer les CRS MNS, illustrant ainsi la nécessité de sécuriser à tous égards les plages de notre littoral.

La réponse ministérielle ne peut qu’inquiéter les élus sur ces deux aspects car à l’évidence, et de manière hélas habituelle, l’État va très probablement se désengager de manière significative dans les années qui viennent.

Tout en rappelant l’attention particulière portée à la sécurité dans les lieux de vacances connaissant une forte affluence estivale, le ministère de l’intérieur rappelle que la surveillance des plages peut être assurée par tout titulaire d’un brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique.

Si des nageurs sauveteur des compagnies républicaines de sécurité participent historiquement à ce dispositif, le ministère rappelle qu’il ne s’agit pas là d’une mission propre aux compagnies républicaines de sécurité.

Depuis 2008, la baisse du nombre des CRS a été enclenchée.

Le dispositif a été reconduit après une baisse drastique pour 2017 et 2018, il le sera pour 2019.

Mais, dès cet été, la baisse des CRS MNS sur les côtes devrait être constatée.

Le Ministère de l’intérieur rappelle les contraintes opérationnelles qui vont concerner les CRS dès cet été à travers un certain nombre de manifestations, tour de France ou G7.

Et l’Etat fait un aveu dans cette communication qui ne fait qu’illustrer la situation observée depuis de nombreuses années : la sécurité ne peut relever de la seule action de l’État !

Voilà un message inquiétant pour les collectivités territoriales car la sécurité dont on pensait qu’elle relevait effectivement de la compétence régalienne de l’État est, en creux, renvoyée aux collectivités territoriales.

Voilà un nouveau transfert de compétences sans transfert de produits que l’État annonce aux collectivités.

À terme, malgré la charge fiscale que chacun des contribuables français ne peut qu’observer, on se demande véritablement à quoi l’État va, pour les collectivités territoriales et leurs habitants, servir…

Thomas DROUINEAU
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public