Le contentieux de l’occupation domaniale : la réponse ministérielle du 1er juillet 2021

Actualités juridiques Drouineau 1927

Le contentieux de l’occupation domaniale : la réponse ministérielle du 1er juillet 2021

Autres actualités

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière 

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière : Face au recul du trait de côte, qui touche 20% des côtes françaises selon le CEREMA, les maires sont en première ligne. Se pose la question de...

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur L’éolien oui, mais pas quoiqu’il en coûte sur le plan écologique. Dans un arrêt du 18 avril 2024 n°471141 commune de Tardère et autres,...

La loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ?

Point sur la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dite loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ? La loi n°2005-105 du...

Du nouveau en matière d’agrivoltaïsme !

Décret n°2024-318 du 8 avril 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur des terrains agricoles, naturels ou forestiers : enfin du nouveau en matière d’agrivoltaïsme ! L’agrivoltaïsme est un système...

Loi Littoral : les foodtrucks en espace remarquable

Les dispositions de la Loi Littoral souffrent de quelques imprécisions qui nécessitent un travail d’interprétation. La question de la présence de foodtrucks en bord de plage, en espace remarquable, en fait partie. Les communes sont...

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Domaine public

Le contentieux de l’occupation domaniale : la réponse ministérielle du 1er juillet 2021

« Dans une réponse du ministère auprès du Ministre de l’économie des finances et de la relance en date du 1er juillet 2021, un éclairage est apporté sur les modalités d’application de l’ordonnance numéro 2017 – 562 du 19 avril 2007 relative à la propriété des personnes publiques. Une question, n°19056 de M.Masson, avait été posée en juillet 2020, relativement aux conditions de délivrance d’une autorisation d’occupation d’une dépendance du domaine public. La réponse, qui intervient une année après, n’apporte pas de révolution particulière, mais précise les modalités des procédures contentieuses spécifiques permettant de sanctionner le non-respect des procédures de sélection préalable des candidats potentiels à l’occupation domaniale ou le non-respect des obligations de publicité.

Le ministère rappelle que quelque soient les modalités d’occupation domaniale, titre unilatéral ou convention, un tiers peut, en cas de non-respect de la procédure de sélection préalable, former un recours pour excès de pouvoir devant le juge administratif. Il est alors indiqué que le juge pourra prononcer en cas d’irrégularité et en fonction de la gravité de l’atteinte au respect des règles posées par l’ordonnance du 19 avril 2017, l’annulation totale ou partielle de l’autorisation d’occupation temporaire. Dans le cas d’une convention d’occupation temporaire, le juge du contrat pourra même être saisi par un candidat évincé ou un tiers justifiant d’un intérêt lésé par ce contrat.

Il s’agit en réalité de raisonner par analogie avec ce qu’il est possible de faire en matière de commande publique. Le ministère ajoute que le juge du contrat pourra soit décider la poursuite du contrat, soit inviter les parties à prendre des mesures de régularisation, soit prononcer la résiliation de la convention d’occupation domaniale en fonction de l’importance des conséquences des vices éventuels du contrat. Enfin, si le contrat a un contenu illicite ou s’il se trouve affecté d’une irrégularité particulièrement grave, le juge pourra relever d’office cette irrégularité et prononcer l’annulation totale ou partielle du contrat. Il s’agit d’une application de la jurisprudence administrative en matière de contrats publics et notamment, c’est ainsi d’ailleurs que la réponse à la question le rappelle, de l’arrêt du conseil d’État du 4 avril 2014 département du Tarn-et-Garonne numéro 358 994. Cet alignement des procédures administratives contentieuses relatives aux occupations domaniales sur la commande publique n’est pas nouveau, et n’est pas une surprise. L’ordonnance numéro 2017 – 562 n’a en effet prévu aucune disposition spécifique sur les modalités contentieuses alignées cependant sur celles de la commande publique, ce qui constitue un gage de sécurité juridique. »

Auteur
Thomas DROUINEAU