Le droit de préemption urbain, actualité jurisprudentielle

Actualités juridiques Drouineau 1927

Le droit de préemption urbain, actualité jurisprudentielle

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Le droit de préemption urbain, actualité jurisprudentielle

Le droit de préemption urbain issu des articles L210 – 1 et L300 – 1 du code de l’urbanisme est une valeur sûre en matière de jurisprudence.

C’est effectivement un outil apprécié des collectivités qui y voient un moyen de lutter contre la spéculation foncière d’une part et de mettre en œuvre leur projet d’aménagement et opérations d’urbanisme d’autre part.

Dans deux décisions du 23 janvier 2020 et du 9 mars 2020, deux cours administratives d’appel sont venues apporter leur contribution à la définition d’une jurisprudence toujours plus précise.

Le 23 janvier 2020 tout d’abord la cour d’appel de Versailles sous le numéro 18 VE03130, est venue considéré qu’au regard de l’imprécision du de la motivation, une décision de préemption devait être annulée.

Le maire de la commune d’Itteville s’était fondé sur la loi de solidarité et de renouvellement urbain, le souci de développer le logement social, la volonté de préserver le tissu urbain actuel ainsi que la volonté de préserver l’environnement des sites classés pour prononcer une décision de préemption.

La cour a considéré que cette motivation ne renvoyait à aucun objectif ou orientations définis par le plan local d’urbanisme ni par un plan local de l’habitat, ne faisait état d’aucune aucun projet d’action ou d’aménagement même encore imprécis et comme telle ne pouvait fonder une décision de préemption.

Dans un arrêt du 9 mars 2020 rendu sous le numéro 18 MA00532 c’est la cour d’appel de Marseille qui est venue en revanche valider une décision de préemption mise en œuvre par une société publique locale.

Je ne reviens pas sur la discussion qui a entouré la capacité de la société publique locale à exercer le droit de préemption, et je m’intéresse davantage aux motifs qui ont conduit la cour à valider la décision de préemption.

« Comme l’a jugé le tribunal » indique-t-elle, il ressort des pièces du dossier que la préemption en cause s’inscrit dans le cadre d’une opération d’aménagement portant sur la redynamisation d’un quartier dans le cadre du nouveau projet de renouvellement urbain porté par l’agence nationale de rénovation urbaine.

De manière précise, ce programme était détaillé dans « la reconquête du cœur du quartier par des actions importantes de restructuration urbaine. »

Compte tenu des objectifs poursuivis par cette opération d’aménagement, la cour a considéré que la décision de préemption avait pu légalement être exercée, le droit de préemption urbain répondant à un intérêt général suffisant eu égard aux caractéristiques des biens faisant l’objet de l’opération et au coût prévisible de cette action.

Plus que jamais dans la mise en œuvre de leurs décisions de préemption des collectivités doivent s’attacher à s’appuyer sur un projet suffisamment précis répondant aux caractéristiques d’intérêt général définis par les articles L 210-1 et L 300-1 du code de l’urbanisme.

Thomas Drouineau
DROUINEAU 1927
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public