Les arrêtés anti-pesticides validés par un juge des référés

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les arrêtés anti-pesticides validés par un juge des référés

Autres actualités

Un lanceur d’alerte doit être désintéressé et de bonne foi

Fonction publique : un lanceur d’alerte doit être désintéressé et de bonne foi L’article 6 de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016, relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à...

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière 

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière : Face au recul du trait de côte, qui touche 20% des côtes françaises selon le CEREMA, les maires sont en première ligne. Se pose la question de...

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur L’éolien oui, mais pas quoiqu’il en coûte sur le plan écologique. Dans un arrêt du 18 avril 2024 n°471141 commune de Tardère et autres,...

La loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ?

Point sur la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dite loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ? La loi n°2005-105 du...

Du nouveau en matière d’agrivoltaïsme !

Décret n°2024-318 du 8 avril 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur des terrains agricoles, naturels ou forestiers : enfin du nouveau en matière d’agrivoltaïsme ! L’agrivoltaïsme est un système...

Loi Littoral : les foodtrucks en espace remarquable

Les dispositions de la Loi Littoral souffrent de quelques imprécisions qui nécessitent un travail d’interprétation. La question de la présence de foodtrucks en bord de plage, en espace remarquable, en fait partie. Les communes sont...

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

Les arrêtés anti-pesticides validés par un juge des référés

Dans cette actualité liée aux arrêtés anti-pesticides, les premiers édiles auteurs de telles décisions ont été déboutés par les juridictions administratives avant que n’intervienne ce changement important.

Le 8 novembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a en effet rejeté la demande de suspension de deux arrêtés anti pesticides pris par les maires de Gennevilliers et Sceaux.

La motivation de cette décision est particulièrement intéressante puisqu’il y est fait état du « danger grave » pour les populations exposées à ces produits.

Il est à peu près certain que les deux collectivités en question vont ouvrir la voie à de nombreux arrêtés de cette nature.

Le préfet des Hauts-de-Seine avait saisi le tribunal administratif de deux arrêtés interdisant l’utilisation du glyphosate et de pesticides.

Plus particulièrement, par un arrêté du 20 mai 2019, le maire de Sceaux avait interdit l’utilisation du glyphosate et d’autres substances chimiques sur le territoire de sa commune.

Le 13 juin 2019, un arrêté de même nature avait été pris par le maire de Gennevilliers pour l’entretien de certains espaces de son territoire.

Saisi par le préfet, le juge des référés du tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté la demande de suspension indiquant qu’aucun des moyens soulevés n’était de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité des arrêtés en cause, et qu’au regard du danger grave pour les populations exposées, l’autorité municipale était parfaitement en mesure de prendre les décisions nécessaires en vue d’assurer la protection de la santé publique.

Certes, le juge des référés, de manière prudente, indique que c’est au regard de « la situation locale » que ces maires ont pu considérer que les habitants de la commune étaient exposés à un danger grave. Mais il est à peu près certain que la voie est désormais ouverte.

Cette décision intervient quelques jours après l’annulation du 25 octobre de l’arrêté du maire de Langouët, précurseur en cette matière. C’est la première décision au fond. Elle avait suscité un très vaste débat sur l’utilisation des pesticides.

Manifestement, la tendance lourde désormais est à l’utilisation raisonnée des pesticides et l’on ne peut que s’en féliciter.

On peut également souligner l’audace du juge des référés qui, par cette décision, montre d’une certaine façon la possibilité d’un usage efficace des dispositions de l’article L 521 – 1 du code de justice administrative, dans un vraie œuvre de création du droit par la jurisprudence, marque de fabrique du juge administratif.

Thomas Drouineau
DROUINEAU 1927

Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public