Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Domaine public

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en eau : précisions sur ses modalités

Le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires est venu préciser les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau par son instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en eau.

Pour rappel, le décret n°2021-795 du 23 juin 2021 dit « décret sécheresse » visait notamment à encadrer la réalisation d’études d’évaluation des volumes prélevables dans les milieux naturels en période de basses eaux pour les usages anthropiques, sur les bassins en déséquilibre sur cette période, à renforcer la compétence du préfet coordonnateur de bassin en matière de gestion quantitative de la ressource en eau, à renforcer le statut de prescriptions annuelles du plan annuel de répartition qui fixe précisément à chaque irrigant le volume auquel il a droit et les modalités de prélèvement et d’en accélérer l’établissement de manière à coller à la temporalité des campagnes d’irrigation…

Puis, le décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 prévoyait la possibilité pour le pétitionnaire d’une demande d’autorisation unique de prélèvement de joindre à son dossier de demande d’autorisation le programme de retour à l’équilibre, même si celle-ci n’est pas finalisée, la possibilité pour l’autorité administrative de définir en dehors de la période de basses eaux, des volumes pouvant être disponibles pour les usages anthropiques, en tenant compte du régime hydrologique et dans le respect du bon fonctionnement des milieux aquatiques et la possibilité pour le préfet coordonnateur de bassin de piloter et coordonner une stratégie portant sur l’opportunité de mener des évaluations des volumes pouvant être disponibles pour les usages anthropiques hors période de basses eaux, au regard du régime hydrologique et dans le respect du bon fonctionnement des milieux aquatiques, des équilibres naturels et des objectifs du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux.

La gestion quantitative des ressources en eaux encadrée par ces deux actes réglementaires nécessitait encore des évolutions et précisions afin de mettre en œuvre efficacement ces mesures.

Ainsi, par cette instruction, le Ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires demande l’application des lignes directrices suivantes :

Il s’agit notamment de garder une cohérence territoriale entre la gestion structurelle (gestion durable de la ressource en eau) et la gestion conjoncturelle (gestion de crise liée aux situations de sécheresse) ; la mise en œuvre des nouvelles dispositions doit se faire en cohérence étroite avec l’instruction du 7 mai 2019 sur les projets de territoires pour la gestion de l’eau (PTGE), notamment lorsqu’il est fait référence à des concertations territoriales sur les volumes prélevables, sur les volumes pouvant justifier des stockages.

Il rappelle également la différence d’objectifs entre les études de volumes prélevables à l’étiage et les études relatives aux volumes hors périodes de basses eaux.

Enfin, et surtout, cette instruction insiste sur la nécessité de définir une stratégie d’études de volumes prélevables par le préfet coordonnateur de bassin afin d’améliorer effectivement la gestion structurelle des ressources en eau.

Voilà une instruction intéressante pour les collectivités, porteurs de projets, établissements publics territoriaux de bassin et autres…

Vous pourrez retrouver le contenu de cette instruction sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ?id=45498).

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 
Florine MAILLARD