Les règles d’occupation du domaine public, l’absence d’obligation de pondération et de hiérarchisation des critères

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les règles d’occupation du domaine public, l’absence d’obligation de pondération et de hiérarchisation des critères

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Domaine public

Les règles d’occupation du domaine public, l’absence d’obligation de pondération et de hiérarchisation des critères

Dans un arrêt rendu le 15 juin 2023 sous le numéro 21 BX 02 210, la cour d’appel de Bordeaux est venue apporter une contribution importante aux modalités de mise en œuvre des procédures de sélection préalables à l’occupation domaniale du domaine public.

On sait en effet que pour assurer le respect des garanties d’impartialité et de transparence prévue à l’article L 2122-1-1 du code général de la propriété des personnes publiques, la personne publique qui entend faire occuper son domaine public à des fins d’exploitation économique doit apporter au candidat à l’attribution d’un contrat d’occupation du domaine public, avant le dépôt de leurs offres, une information sur les critères de sélection des offres.

Au cas particulier, la commune de Guéthary avait publié au mois d’octobre 2017 un avis d’appel public à la candidature, en vue d’autoriser l’occupation du bâtiment communal « Kostaldea » situé sur la promenade de la plage, destiné à une activité de restauration pour la période du 1er mai 2018 au 31 décembre 2023.

Évincé à la suite de l’appel à candidature, l’occupant initial contestait cette décision et demandait l’indemnisation du préjudice subi à la commune.

Sur les conclusions à fin d’indemnisation, la Cour rappelle que pour sélectionner les candidats appelés à exploiter le bâtiment communal, dans le respect des principes d’impartialité et de transparence prévus par les dispositions de l’article L 2122-1-1 du code général de la propriété des personnes publiques, la commune de Guéthary avait publié un avis d’appel à candidature et mentionné, dans le cahier des charges, une liste de critères.

Ces derniers n’étaient ni pondérés ni hiérarchisés, ce que contestait l’occupant évincé.

La Cour vient alors indiquer qu’en réponse au courrier du requérant, le maire de la commune avait précisé qu’une commission ad hoc désignée pour choisir les candidats qui seraient auditionnés dans la seconde phase, avait en effet pondéré les critères à hauteur de 40 points pour l’offre de prix, dont 35 pour la partie fixe et 5 pour le pourcentage du chiffre d’affaires, 30 points pour la prestation, 20 points pour l’expérience professionnelle et 10 points pour le critère qualité environnementale – démarche de développement durable.

Et la Cour d’indiquer que, si les dispositions de l’article L2122-1-1 du code général de la propriété des personnes publiques impliquent des obligations de publicité et de mise en concurrence préalablement à la délivrance d’une autorisation d’occupation du domaine public permettant l’exercice d’une activité économique, et exigent notamment d’apporter au candidat avant le dépôt de leurs offres une information sur les critères de sélection des offres, ces dispositions n’impliquent pas de porter à la connaissance des candidats la pondération ou la hiérarchisation des critères retenus.

Il s’agit d’un apport très important aux modes d’occupations domaniaux, dont nous savons qu’ils sont en très fort développement, et impliquent les collectivités dans une démarche d’estimation et de valorisation de leur domaine.

Les critères doivent évidemment être portés à la connaissance des candidats, à la différence de l’éventuelle pondération ou hiérarchisation, qui ne peut rester qu’interne, sans être portée à la connaissance des candidats.

Plus que jamais la connaissance de leur patrimoine et singulièrement de leur domaine public par les collectivités est une nécessité.

Thomas DROUINEAU et Thomas PORCHET