Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Autres

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme.

Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent.

Les illustrations du dérèglement climatique sont quotidiennes, et les services instructeurs sont plus que jamais dans l’obligation de prendre en compte les risques naturels et leurs conséquences avant de délivrer une autorisation d’urbanisme.

Le risque est la combinaison de :

  • la probabilité qu’un événement défavorable (aléa) se produise,
  • la vulnérabilité des enjeux (personnes, biens, activités et environnement) qui y sont exposés.

Certaines communes sont dotées de plans de prévention des risques dont les prescriptions sont directement opposables aux autorisations d’urbanisme (article L. 562-1 du code de l’environnement, CE, 22 juillet 2020, n°426139).

Néanmoins, les communes qui ne sont pas dotées d’un tel document ont également l’obligation de prendre en compte les risques naturels existants.

Cette prise en compte s’opère sur le fondement des dispositions de l’article R. 111-2 du code de l’urbanisme lequel dispose que : « Le projet peut être refusé ou n’être accepté que sous réserve de l’observation de prescriptions spéciales s’il est de nature à porter atteinte à la salubrité ou à la sécurité publique du fait de sa situation, de ses caractéristiques, de son importance ou de son implantation à proximité d’autres installations. ».

Cette notion doit être utilisée dès lors que le projet est exposé à un risque ou viendrait aggraver un risque existant.

Il est donc primordial d’avoir connaissance des risques sur sa commune : le service instructeur pourra se baser sur des études techniques, des données historiques connues etc.

Par exemple, a été jugé que : « il ressort des pièces du dossier, et notamment de la carte du risque d’inondation par les nappes d’eau souterraines établie en 2003 par la Direction régionale de l’environnement de Basse-Normandie, que le terrain d’assiette de la construction projetée sur le territoire de la commune d’Ussy, au lieu-dit Le Marais, est situé dans une zone d’aléa très fort où des débordements de nappes phréatiques ont été observés ; qu’il suit de là, alors même que les requérants soutiennent, au demeurant sans l’établir, que leur terrain ne serait pas situé au-dessus d’une nappe phréatique et que relèvent que ce même terrain figure dans la zone UC du plan d’occupation des sols communal, que le maire d’Ussy a pu légalement, sur le fondement des dispositions précitées de l’article R. 111-2 du code de l’urbanisme, opposer un refus à la demande de M. et Mme X tendant à obtenir l’autorisation de construire sur une maison d’habitation sur ce terrain. » (CAA Nantes, 28 décembre 2006, n°05NT01976)

Très récemment, le Tribunal administratif de Toulon a validé un arrêté de refus de permis de construire un immeuble de 5 logements fondé sur le fait que le projet de construction aura des effets sur la ressource en eau dont la faible capacité est de nature à avérer un risque pour la santé et la salubrité publique.

Dans cette espèce, une étude menée par la communauté de communes révélait une insuffisance des ressources en eau à très court termes en raison de l’assèchement de deux forages et du faible niveau du troisième.

Le Tribunal confirme l’analyse du service instructeur en indiquant que le projet de construction, qui exposait les futurs occupants mais également des tiers au projet, est de nature à porter atteinte à la salubrité publique au sens des dispositions de l’article R. 111-2 du code de l’urbanisme.

Ce jugement est une illustration supplémentaire de l’importance d’avoir une connaissance précise des phénomènes et risques naturels afin d’adapter l’aménagement du territoire aux enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Ces enjeux sont ceux de la responsabilité future des collectivités.

On connaît déjà les logiques de responsabilité en matière d’urbanisme.

Nul doute que ces nouvelles occurrences viendront s’y ajouter, ce qui implique une prudence accrue dans la gestion des autorisations d’urbanisme, en lien avec une approche patrimoniale pour les collectivités.

TA Toulon, 23 février 2024, n°2302433

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme.
Elorri DALLEMANE