L’urgence sanitaire, les modalités de mise en place par ordonnance

Actualités juridiques Drouineau 1927

L’urgence sanitaire, les modalités de mise en place par ordonnance

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Toutes les actualités

L’urgence sanitaire, les modalités de mise en place par ordonnance

À peine la loi du 23 mars promulguée que le conseil des ministres a immédiatement pris pas moins de 25 ordonnances ce mercredi 25 mars.

Le mot rapidité n’est même pas adapté pour décrire cette célérité avec laquelle le gouvernement a agi.

Cela montre combien l’urgence est prise au sérieux au regard de l’ampleur des conséquences sociales et économiques que va avoir cette crise sanitaire.

Il y a dans cette série de textes de très nombreuses informations dont une grande partie concerne les collectivités.

Du report du budget à la gestion de la fonction publique en passant par la commande publique.

C’est sur ce dernier point qu’à mon sens les évolutions sont les plus radicales.

L’ordonnance  » portant diverses mesures d’adaptation des contrats soumis au code de la commande publique et des contrats publics qui n’en relèvent pas pendant la crise sanitaire  » (oui le titre est surprenant…) opère des évolutions majeures sur les règles de passation, les délais de paiement d’exécution et de résiliation des contrats publics.

L’ordonnance est prise sur le fondement de l’article 11 de la loi numéro 2020 – 290 du 23 mars 2020 d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid 19.

Il s’agit d’assouplir les règles applicables à l’exécution des contrats publics qui serait compromise du fait de l’épidémie. L’objectif est évidemment de ne pas pénaliser les opérateurs économiques et de permettre la continuité des contrats.

Cette ordonnance concerne aussi bien les marchés que les concessions.

Plusieurs hypothèses sont envisagées à savoir d’une part les contrats dont la durée d’exécution arrive à échéance pendant la période, et ils peuvent être alors prolongés au-delà de la durée maximale fixée par le code de la commande publique.

Cela concerne également les opérateurs économiques qui seraient empêchés d’honorer leurs engagements contractuels du fait de l’épidémie.

L’ordonnance a pour objet de créer une forme de bouclier, interdisant que ces opérateurs économiques puissent être concernés par des sanctions infligées en raison de la non-exécution de leurs engagements contractuels.

Enfin, en cas de résiliation du contrat ou d’annulation des bons de commande, il est prévu une série de modalités d’indemnisation.

En ce qui concerne les règles d’exécution financière des contrats de la commande publique il est permis aux acheteurs de verser des avances d’un montant supérieur au taux maximal de 60 % prévu par le code de la commande publique.

L’ordonnance recommande enfin dans ce même préambule d’appliquer ces dispositions au cas par cas, à la faveur d’une analyse de chaque situation, étant précisé que les cocontractants devront justifier la nécessité d’y recourir.

Rien ne sera donc automatique, rien ne va donc être simple.

Mais c’est malheureusement le lot de chacun des opérateurs économiques dans ce tourbillon que crée l’épidémie.

Nous ne pouvons que former des vœux pour que la loyauté contractuelle qui préside aux relations entre les opérateurs économiques d’une part et les collectivités d’autre part, soit le fil conducteur des négociations à venir dans le cadre de l’exécution des marchés publics et des concessions.

Je laisse à chacun le soin de prendre lecture de cette ordonnance et des 24 autres qui l’accompagnent, qui concernent tous les pans de l’activité économique de notre pays.

Thomas Drouineau
DROUINEAU 1927
Ancien Bâtonnier
Avocat spécialiste en droit public