Occupation du domaine public et redevance : toute occupation donne lieu au paiement d’une redevance

Actualités juridiques Drouineau 1927

Occupation du domaine public et redevance : toute occupation donne lieu au paiement d’une redevance

Autres actualités

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière 

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière : Face au recul du trait de côte, qui touche 20% des côtes françaises selon le CEREMA, les maires sont en première ligne. Se pose la question de...

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur L’éolien oui, mais pas quoiqu’il en coûte sur le plan écologique. Dans un arrêt du 18 avril 2024 n°471141 commune de Tardère et autres,...

La loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ?

Point sur la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dite loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ? La loi n°2005-105 du...

Du nouveau en matière d’agrivoltaïsme !

Décret n°2024-318 du 8 avril 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur des terrains agricoles, naturels ou forestiers : enfin du nouveau en matière d’agrivoltaïsme ! L’agrivoltaïsme est un système...

Loi Littoral : les foodtrucks en espace remarquable

Les dispositions de la Loi Littoral souffrent de quelques imprécisions qui nécessitent un travail d’interprétation. La question de la présence de foodtrucks en bord de plage, en espace remarquable, en fait partie. Les communes sont...

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Domaine public

Occupation du domaine public et redevance : toute occupation donne lieu au paiement d’une redevance

Occupation du domaine public et redevance : toute occupation donne lieu au paiement d’une redevance. La règle fixée par l’article L2125 – 1 du code général de la propriété des personnes publiques est le caractère onéreux de l’occupation du domaine public. Ce principe, constamment rappelé, et désormais inscrit dans la loi, impose aux collectivités de prévoir des redevances d’occupation domaniale dans les autorisations unilatérales ou dans les conventions qu’elles accordent aux occupants du domaine public, quel que soit le mode d’occupation. S’il s’agit d’un mode d’occupation à des fins d’exploitation économique, ou dans le cadre d’un contrat administratif, il faut faire application des mentions des articles L2125 – 1 et L2125 – 3 du code général de la propriété des personnes publiques. La redevance doit alors tenir compte des avantages de toute nature procurés à l’occupant. Cette règle ne trouve exception que pour quelques cas particuliers et notamment celui des associations poursuivant un but d’intérêt général. Dans cette hypothèse, il appartient à la collectivité de faire délibérer son organe délibérant à l’effet de constater le caractère d’intérêt général du but poursuivi par telle ou telle association afin de, éventuellement, lui accorder la gratuité d’occupation. En ce qui concerne les occupations à des fins d’exploitation économique, il n’existe aucune exception et tous les occupants doivent payer les redevances qui tiennent compte des avantages de toute nature qui leur sont procurés. Ce peut être le cas des cafetiers, restaurateurs… etc.

Assurément, il est également possible à une collectivité d’aider les entreprises de son territoire et nous plaçons cette hypothèse-là dans une logique d’aide d’État au sens des articles 17 et 108 du Traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne. Ces aides doivent alors être encadrées, notamment par des conventions d’objectif au titre des articles 10 et suivants de la loi numéro 2000 – 321 du 12 avril 2000. Qu’en est-il si l’occupation du domaine public s’avère irrégulière ? Une collectivité doit-elle considérer, au regard du caractère irrégulier de cette occupation, l’impossibilité de percevoir une redevance ? La réponse est depuis longtemps apportée, et notamment dans un arrêt du conseil d’État rendu dans ses 9ème et 10ème sous-sections réunies le 16 mai 2011 sous le numéro 317 675. Le conseil d’État rappelle, dans cette décision publiée au recueil Lebon, qu’une commune est fondée à réclamer à l’occupant sans titre du domaine public, au titre de la période d’occupation irrégulière, une indemnité compensant les revenus qu’elle aurait pu percevoir de l’occupant régulier pendant cette période. À cette fin elle est fondée à demander le montant des redevances qui auraient été appliquées si l’occupant avait été placé dans une situation régulière. La réponse est donc claire, et parfaitement logique au regard du principe obligatoire d’occupation du domaine public à titre onéreux. On rappellera que les collectivités ont le plus grand intérêt à une rigoureuse identification de leur domaine public et des modalités de son occupation. C’est le moyen de dynamiser les recettes et de faire en sorte, à périmètre égal, que le domaine public, répondant ainsi aux impératifs du code général de la propriété des personnes publiques, produise des revenus tenant compte des avantages de toute nature procurés aux occupants.

Auteur
Thomas DROUINEAU