Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Actualités juridiques Drouineau 1927

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Autres actualités

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière 

Pouvoirs de police administrative et érosion côtière : Face au recul du trait de côte, qui touche 20% des côtes françaises selon le CEREMA, les maires sont en première ligne. Se pose la question de...

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur

Parc éolien et écologie : la nécessité d’un intérêt public majeur L’éolien oui, mais pas quoiqu’il en coûte sur le plan écologique. Dans un arrêt du 18 avril 2024 n°471141 commune de Tardère et autres,...

La loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ?

Point sur la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, dite loi « handicap » : est-il possible d’y déroger ? La loi n°2005-105 du...

Du nouveau en matière d’agrivoltaïsme !

Décret n°2024-318 du 8 avril 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur des terrains agricoles, naturels ou forestiers : enfin du nouveau en matière d’agrivoltaïsme ! L’agrivoltaïsme est un système...

Loi Littoral : les foodtrucks en espace remarquable

Les dispositions de la Loi Littoral souffrent de quelques imprécisions qui nécessitent un travail d’interprétation. La question de la présence de foodtrucks en bord de plage, en espace remarquable, en fait partie. Les communes sont...

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit du préjudice corporel

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel

Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

C’est sans le nommer explicitement que la législation française pose ainsi le principe de réparation intégrale, principe fondamental régissant le droit de la responsabilité civile.

Par arrêt du 28 octobre 1954, la Cour de cassation a explicité cette notion selon laquelle : « Le propre de la responsabilité civile est de rétablir aussi exactement que possible l’équilibre détruit par le dommage et de replacer la victime dans la situation où elle se serait trouvée si l’acte dommageable ne s’était pas produit ». (Cass., 28 oct. 1954, n° 1767.)

En d’autres termes, le principe de réparation intégrale implique qu’il appartient au responsable d’indemniser tout le préjudice, rien que le préjudice sans qu’il n’en résulte ni enrichissement ni appauvrissement de la victime.

Si ce principe prend tout son sens dans le cadre du droit du préjudice corporel, il nécessite une lisibilité précise des dommages subis par la victime.

Pour rappel, le droit du préjudice corporel régit tout litige relatif à l’atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’une personne.

Afin de procéder à une juste indemnisation de la victime, qui lui permette de se rapprocher le plus possible de la situation qu’elle aurait connu sans accident, le droit du dommage corporel s’appuie notamment sur la nomenclature DINTTILHAC.

Ce référentiel propose des références d’indemnisation, nommées « postes de préjudices » qui distinguent les préjudices « patrimoniaux », dits des dommages financiers, des préjudices « extrapatrimoniaux » qui, au contraire, relèvent des atteintes physiques et psychiques de la victime.

Ces deux catégories scindées en deux sous catégories distinguant les préjudices temporaires des préjudices permanents.

La nomenclature DINTILHAC détermine ainsi plus d’une vingtaine de postes de préjudices intégrés dans ces sous-quottes et visant l’objectif d’une juste indemnisation du préjudice nécessairement évalué au préalable par un expert.

Or, si le droit du préjudice corporel tend aujourd’hui vers l’élaboration de nouveaux postes de préjudices ayant pour objectif d’aboutir au respect optimal du principe de réparation intégrale, il est constant que chaque victime présente un cas particulier dont il est impossible de déterminer de façon exhaustive l’ensemble des préjudices.

C’est pourtant l’objectif que semble se donner le groupe de travail dirigé par Jean Pierre DINTILHAC.

D’autre part, dans le cadre du droit du préjudice corporel, au sein duquel des juridictions d’ordre distincte (judiciaire et administratif) sont susceptibles d’être saisies, le principe de réparation intégrale impose une vigilance certaine quant aux possibilités de double indemnisation.

Effet, ce que l’on nommerait « exception de litispendance » dans le cadre de la saisine de deux juridictions de même ordre et de degré distinct, régi par l’article 100 du Code de procédure civile n’est pas applicable dans ce cadre.

Le droit du préjudice corporel admet effectivement la saisine de deux juridictions distinctes dans l’hypothèse d’un litige impliquant un établissement public (tel qu’un centre hospitalier universitaire) et un professionnel de santé ayant exercé ses fonctions à titre libéral.

Dans un tel conteste, la saisine du Tribunal administratif et du Tribunal Judiciaire sont admises et ne sont pas confrontées à l’exception de litispendance, applicable aux juridictions du même ordre.

Le principe de réparation intégrale trouve ici l’une de ses limites, laissant à la charge des parties le soin de veiller à l’analyse des procédures engagées distinctement de celle au sein de laquelle ils sont impliqués, afin d’éviter tout risque de double indemnisation, contraire au principe de réparation intégrale.

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale
Laura BAUDRY