Récupération et valorisation des métaux issus de la crémation 

Actualités juridiques Drouineau 1927

Récupération et valorisation des métaux issus de la crémation 

Autres actualités

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

Bail d’habitation : Erreur sur la surface et délai pour agir

Dans un bail d’habitation, la surface habitable est une donnée importante qu’il est nécessaire de porter à la connaissance du locataire et d’inscrire au contrat de bail. (Cour de cassation, 3e chambre civile, 8 Février...

Le retrait d’agrément de la profession d’assistant maternel

Précisions sur les motifs pouvant fonder un retrait d’agrément de la profession d’assistant maternel L’article L. 421-3 du code de l’action sociale et des familles, dispose que : « L’agrément nécessaire pour exercer la profession d’assistant maternel...

La stratégie nationale pour la mer et le littoral 2024-2030 est arrivée à bon port

La nouvelle stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML) 2024-2030 vient d’être adoptée par le décret n°2024-530 publié au Journal Officiel ce mardi 11 juin. Elle fixe les grandes orientations de planification de...

L’adaptation des territoires littoraux face à l’érosion côtière

Régime d’adaptation des territoires littoraux à l’érosion côtière : de nouvelles communes embarquent Le décret n°2024-531 du 10 juin 2024 actualise la liste « des communes dont l’action en matière d’urbanisme et la politique d’aménagement doivent être...

Sentier littoral et l’intégration à une association syndicale autorisée

Point sur la notion de sentier littoral et son intégration à une association syndicale autorisée… La France métropolitaine et les territoires ultramarins sont riches de leurs eaux avec environs 20 000 kilomètres de littoral. Le sentier...

Défense contre la mer et propriétaires privés 

Défense contre la mer et propriétaires privés : le recours possible aux Associations Syndicales Autorisées Face au recul du trait de côte, se pose la question de la mobilisation des propriétaires privés dans les opérations de...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Domaine public

Récupération et valorisation des métaux issus de la crémation 

Récupération et valorisation des métaux issus de la crémation : pas d’atteinte au principe de sauvegarde de la dignité de la personne humaine, ni même au droit de propriété

Pour rappel, parmi les différentes modifications opérées par la loi dite 3DS du 21 février 2022, l’une des plus délicates était sans conteste celle relative à la valorisation des métaux issus de la crémation par l’instauration de l’article L. 2223-18-1-1 du code général des collectivités territoriales.

Ces dispositions qui, même si en réalité, ne constituent qu’une validation législative d’une pratique qui existe depuis plusieurs années, peuvent être accueillies défavorablement par les proches des défunts incinérés, voire les choquer.

A la suite d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil Constitutionnel a, par une décision du 18 janvier 2024 (n° 2023-1075), déclaré ces dispositions conformes à la Constitution.

La requérante faisait valoir, de manière pertinente, que les éléments implantés dans le corps humain deviennent, par destination, un élément du corps humain ce qui rend impossible une valorisation de ces éléments.

Elle faisait également valoir qu’en tout état de cause, à supposer que ces éléments ne puissent pas être regardés comme des éléments du corps humain, il n’en demeure pas moins que les crématoriums ne peuvent en détenir la propriété qui en reviendrait alors aux familles.

Sur la première question, le Conseil Constitutionnel n’a pas suivi cette voie, et a estimé que les métaux issus de la crémation sont distincts des cendres du corps du défunt, quand bien même ils proviendraient d’objets intégrés au corps de ce dernier.

On pourra toutefois regretter l’absence d’éléments complémentaires permettant de comprendre le raisonnement du Conseil sur la distinction des métaux et des cendres du défunt.

Sur la seconde question qui leur était posée, les Sages ont estimé qu’il n’y aurait aucune privation des droits de propriété, tout en rappelant que l’article L. 2223-18-1-1 du code général des collectivités territoriales poursuit un objectif d’intérêt général. Le Conseil a considéré qu’elles n’avaient ni pour objet ni pour effet de priver les ayants droits des droits qu’ils peuvent faire valoir en temps utile sur ces biens en vertu de la loi successorale.

Par ailleurs, il prend le soin de rappeler l’information préalable des familles sur les conditions de récupération des métaux issus de la crémation ainsi que sur les règles d’affectation du produit éventuel de leur cession.

Cette position du Conseil Constitutionnel est la bienvenue si l’on ne prend en compte que l’aspect purement pratique d’une crémation : à l’issue d’une crémation, il apparait matériellement impossible d’opérer une distinction entre les différents matériaux (matériaux qui seraient intégrés au corps humain ou non).

De plus, il parait tout aussi difficile d’intégrer les métaux incorporés au corps humain, comme des prothèses, dans l’actif successoral.

Reste à connaitre dorénavant la réaction de la famille du défunt lorsqu’elle sera informée de la récupération et de la valorisation des métaux issus de la crémation de leur proche…

Julia FINKELSTEIN