Responsabilité d’un propriétaire de véhicule dans un accident de la circulation en raison d’une fuite d’huile

Actualités juridiques Drouineau 1927

Responsabilité d’un propriétaire de véhicule dans un accident de la circulation en raison d’une fuite d’huile

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Autres

Responsabilité d’un propriétaire de véhicule dans un accident de la circulation en raison d’une fuite d’huile

Cour de cassation, Chambre civile 2, 16 janvier 2020, 18-23.787

Comme nous avons déjà eu l’occasion de le voir auparavant, la Loi du 5 juillet 1985 dite Loi Badinter, dont l’objectif affiché est de faciliter l’indemnisation des victimes d’accidents de la circulation, est source de nombreux contentieux qui trouvent principalement leur origine dans l’appréciation de la notion même d’accident de la circulation (voir en ce sens : Se blesser en relevant un scooter constitue-t-il un accident de la circulation ?)

Mais plus encore, c’est la notion d’implication du véhicule dans un accident de la circulation qui cristallise les difficultés, et justifie l’introduction de multiples procédures judiciaires destinées à trancher la question.

En effet, l’article 1er de ladite loi prévoit que les dispositions qui y sont intégrées ont uniquement vocation à s’appliquer « aux victimes d’un accident de la circulation dans lequel est impliqué un véhicule terrestre à moteur ».

Si cette notion ne semble a priori pas poser de difficulté lorsqu’un contact est intervenu entre le véhicule terrestre à moteur incriminé et la victime par exemple, il en est tout autrement lorsque tel n’a pas été le cas.

C’est justement dans ce contexte que la 2ème Chambre civile de la Cour de cassation a dû se prononcer sur la question.

En l’espèce, alors qu’il circulait sur la voie publique au volant d’un tracteur, Monsieur Olivier C. a constaté une fuite d’huile sur le véhicule, le contraignant à s’arrêter.

De l’huile s’étant dans le même temps déversée sur la chaussée, la rendant ainsi glissante, Monsieur Fabien J. a peu après perdu le contrôle de son véhicule après avoir dérapé sur la route, et avant de perdre la vie.

Considérant que le tracteur était impliqué dans l’accident au sens des dispositions de la Loi Badinter, la Cour d’appel de Saint-Denis a ainsi fait droit à la demande d’indemnisation formulée par la mère et la sœur de la victime au titre de leur préjudice d’affection à hauteur respectivement de 20.000 et 9.000 euros chacune.

Soutenant que l’accident s’était produit quelques centaines de mètres après l’endroit où le tracteur se trouvait immobilisé, de sorte que la distance entre les deux véhicules était de nature à exclure le lien de causalité entre la fuite d’huile du tracteur et l’accident, un pourvoi en cassation a alors été formé par le conducteur du tracteur ainsi que son propriétaire, tous deux parties à l’instance.

Aux termes de son arrêt du 16 janvier 2020, la Cour de cassation rappelle avec force le principe selon lequel « est impliqué, au sens de l’article 1 de la loi n 85-677 du 5 juillet 1985, tout véhicule ayant joué un rôle quelconque dans la réalisation de l’accident ».

Dès lors, le tracteur qui a répandu de l’huile sur la chaussée à l’origine du dérapage de la voiture de la victime est, à son sens, incontestablement impliqué dans l’accident.

Une telle solution témoigne une nouvelle fois de la volonté croissante des Juridictions d’avoir recours à une interprétation large des dispositions de la Loi Badinter : l’absence de contact entre deux véhicules, qui se trouvent de surcroît séparés de plusieurs centaines de mètres au moment de l’accident, ne suffit pas à exclure la notion d’implication dans un seul et même accident de la circulation.

Encore faut-il que pour retenir une telle implication, ledit véhicule ait véritablement joué un rôle dans la réalisation de l’accident, sans lequel la notion d’implication ne pourrait légitimement être retenue, sauf à voir la Haute Juridiction une nouvelle fois saisie de la question …

Camille Chabouty
Avocat
DROUINEAU 1927