Les jugements du tribunal administratif sont des titres exécutoires : quelques précisions utiles

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les jugements du tribunal administratif sont des titres exécutoires : quelques précisions utiles

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Procédure

Les jugements du tribunal administratif sont des titres exécutoires : quelques précisions utiles

Dans un arrêt du 20 mai 2020 la cour administrative d’appel de Bordeaux est venue, sous le numéro 18 BX01626, rappeler une évidence, mais qu’il est de bon ton effectivement d’évoquer.

Il n’est pas rare que les comptables publics, lorsqu’ils reçoivent un jugement d’une juridiction bénéficiant à une collectivité, indiquent à cette dernière qu’il convient de prendre un titre exécutoire à l’effet de recouvrer les sommes mises à la charge du débiteur au titre de ce jugement.

Pourtant, et c’est tout l’intérêt de ce que juge la cour d’appel de Bordeaux, les jugements sont exécutoires et constituent des titres exécutoires.

Dans sa décision, la cour rappelle les dispositions de l’article 111 – 3 du code des procédures civiles d’exécution et celles de l’article L 11 du code de justice administrative.

Dès lors qu’une collectivité bénéficie d’une condamnation au titre d’un jugement, il ne lui est pas utile de prendre un titre exécutoire pour recouvrer ladite condamnation.

Et de la même façon, la requête dirigée contre un titre pris pour l’exécution d’un jugement est irrecevable, car ce titre exécutoire est alors « superfétatoire » comme l’indique très clairement la cour d’appel de Bordeaux.

On rappellera donc que les titres exécutoires en France sont listés de manière précise, à l’article L 111-3 du code des procédures civiles d’exécution, et qu’y figurent les décisions des juridictions de l’ordre judiciaire ou administrative lorsqu’elles ont force exécutoire.

Les comptables publics, friands de pièces et autres justifications, et c’est normal, auront à cœur de se souvenir que les jugements sont des titres exécutoires et qu’il n’est pas utile d’édicter un autre titre pour recouvrer les causes de ces mêmes décisions.

Thomas Drouineau
Avocat associé
DROUINEAU 1927