Les permis précaires : un outil d’aménagement ?

Actualités juridiques Drouineau 1927

Les permis précaires : un outil d’aménagement ?

Autres actualités

Fonction publique territoriale 

Fonction publique territoriale : La volonté de faire exécuter à un agent les obligations découlant de sa fiche de poste n’est (heureusement !) pas constitutive d’une situation de harcèlement moral à son encontre L’article L. 121-1 du...

Recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe

Nouveau droit de préemption pour l’adaptation des territoires au recul du trait de côte : le cadre réglementaire s’étoffe Un décret n°2024-638 publié au Journal Officiel le 29 juin 2024 précise les modalités d’application du nouveau droit...

Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide 

Désir de rivage versus réalité : Le marché immobilier côtier à l’aube d’un retournement rapide. Le « désir de rivage », très bien illustré dans l’ouvrage d’Alain Corbin « le territoire du vide » paru en 2018 chez Flammarion explique,...

Sur-fréquentation maritime des côtes 

Sur-fréquentation maritime des côtes : vers un élargissement des pouvoirs de police municipale en mer ? Dans un communiqué publié le 27 mai 2024, l’Association des Maires de France (AMF), l’Association Nationale des Elus des Littoraux (ANEL)...

Les conventions entre personnes publiques « hors marché »

Pour rappel, les personnes publiques ont la faculté de confier la gestion d’un service public dont elles ont la responsabilité à un ou plusieurs opérateurs économiques dans le cadre d’une convention de délégation de service...

Qualité d’électeur et délibération à caractère budgétaire

La simple qualité d’électeur ne confère pas un intérêt à agir contre une délibération à caractère budgétaire. Une délibération à caractère budgétaire est celle qui met une dépense à la charge d’une collectivité ou génère...

La gestion patrimoniale des collectivités

La gestion patrimoniale des collectivités : des marchés publics d’avocats passés de gré à gré. Les collectivités territoriales doivent gérer leur patrimoine de manière extrêmement approfondie désormais. C’est ainsi que la gestion du patrimoine, et...

Déontologie des médecins : doutes sur les prescriptions

Déontologie des médecins : en cas de doutes sur des prescriptions, il appartient au médecin généraliste de se rapprocher du primo prescripteur ou d’un autre spécialiste L’article R. 4127-8 du code de la santé publique dispose...

Caution subrogée : pas d’utilisation de la clause de déchéance du terme

Absence de transmission de la faculté de prononcer la déchéance du terme à la caution subrogée dans les droits de la banque : limite à l’effet translatif de la subrogation légale Cass. 1re civ., 4...

Non-respect de la loi « Littoral » : la facture est salée

Pour le non-respect de la loi « Littoral », la facture est salée. Une commune de l’Hérault et son Maire viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Montpellier à respectivement 1,25 million d’euros (dont 1 million avec sursis)...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit de l'urbanisme

Les permis précaires : un outil d’aménagement ?

L’article L433 – 1 du code de l’urbanisme dispose : Une construction n’entrant pas dans le champ d’application de l’article L. 421-5 et ne satisfaisant pas aux exigences fixées par l’article L. 421-6 peut exceptionnellement être autorisée à titre précaire dans les conditions fixées par le présent chapitre. Dans ce cas, le permis de construire est soumis à l’ensemble des conditions prévues par les chapitres II à IV du titre II du présent livre. Il s’évince de cet article qu’à titre exceptionnel, un permis précaire peut être autorisé dans des conditions que la jurisprudence a définies et notamment  la cour administrative d’appel de Paris rendu le 15 mars 2018 sous le numéro 16 PA 02 672. Il s’agissait pour la ville de Paris de permettre l’installation à titre précaire, pour une durée de trois ans, d’un chapiteau du cirque tzigane Romanes dans le square Parodi avec installation de 10 caravanes d’un espace d’accueil, de cinq modules préfabriqués à usage de sanitaire ert la pose de clôtures. Saisie par l’association  » coordination pour la sauvegarde du bois de Boulogne », le tribunal administratif de Paris avait annulé le permis de construire ce qu’a confirmé la cour administrative d’appel de Paris. Rappelant les dispositions de l’article précité, elle en donne les caractéristiques du contrôle, qui sont particulièrement étoffées. Elle rappelle qu’il résulte des dispositions du code de l’urbanisme que le contrôle opéré par le juge administratif de l’existence d’une « nécessité caractérisée autorisant la délivrance à titre exceptionnel d’un permis de construire précaire porte, non seulement sur les motifs d’ordre économique, social, culturel ou d’aménagement invoqués, mais aussi, eu égard aux caractéristiques inhérentes à un permis de construire, lequel constitue une autorisation d’occupation du sol, sur les caractéristiques du terrain d’assiette de la construction ainsi autorisée, au regard des contraintes résultant de la réglementation urbanistique applicable sur cette parcelle et sur l’ensemble du territoire de la commune. » On ne saurait être plus clair sur la volonté du juge administratif d’exercer un contrôle très large de à la décision prise par la collectivité d’autoriser la délivrance d’un permis précaire. Pour la collectivité par conséquent, il faut inscrire le permis précaire dans une suite d’aménagements très complète.

Dit autrement, s’il existe une volonté la commune de porter un permis précaire, il doit s’agir d’un projet politique, justifiant les nécessités économique sociales culturelles ou d’aménagement qui permettent, à cet endroit, éventuellement même sur le domaine public de la collectivité, la délivrance d’un permis précaire. Un opérateur économique, seul, n’a aucune chance d’obtenir un permis précaire et c’est bien dans une volonté commune, portée par les élus dans le cadre de la libre administration des collectivités caractérisée par l’article L 1111 – 1 du code général des collectivités territoriales que les permis précaires pourront effectivement voir le jour. Une nécessité caractérisée doit justifier de même que l’absence d’atteinte manifestement disproportionnée aux intérêts protégés par la zone question. Le permis précaire comme son nom l’indique n’a donc absolument pas vocation à devenir un outil d’aménagement quotidien, mais il peut permettre de répondre, ponctuellement, et en fonction des caractéristiques de chaque territoire, au développement d’une vraie logique de partenariat public-privé au mieux des intérêts de la population. À cet égard, une définition de l’intérêt général s’attachant à la délivrance de ce permis précaire peut constituer l’un des atouts de sa légalité.  On rappellera enfin qu’en plus de la nécessité caractérisée, il faut démontrer l’absence d’atteinte manifestement disproportionnée aux intérêts protégés par la zone ce qui apparaît parfaitement logique, et en cohérence avec la notion même de précarité du permis. Cour Administrative d’Appel de Marseille, Juge des référés, 13 juillet 2016, 16MA01038, Inédit au recueil Lebon »

Auteur
Thomas DROUINEAU