Urbanisme et prévention des incendies

Actualités juridiques Drouineau 1927

Urbanisme et prévention des incendies

Autres actualités

Préjudice corporel : le principe de réparation intégrale

Le principe de réparation intégrale en droit du préjudice corporel Il résulte des dispositions de l’article 1240 du code civil que « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par...

Fonction publique : annulation de sanction et indemnisations

Fonction publique : sanction disciplinaire annulée pour un motif de forme et conclusions indemnitaires Lorsqu’une décision de sanction a été annulée par le juge de l’excès de pouvoir pour un motif de légalité externe, l’agent peut...

Le recul du trait de côte

Le recul du trait de côte : la liste des communes littorales menacées s’allonge Dans le contexte d’une juste agitation au sujet de l’érosion côtière, un projet de décret révisant la liste des communes dont la...

Le caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant

L’appréciation par le juge administratif du caractère grave et spécial du préjudice invoqué par le requérant : Il est de jurisprudence constante que les riverains des voies publiques ont la qualité de tiers par rapport...

Fonction publique : procédure pour abandon de poste 

Fonction publique et procédure pour abandon de poste : la mise en demeure peut parfaitement inviter l’agent à reprendre son service en débutant par la visite médicale de reprise. Il est de jurisprudence constante qu’une mesure...

Le manque de préparation des communes littorales françaises au recul du trait de côte

Le 12 mars, à l’occasion de la publication de son rapport annuel pour l’année 2024, la Cour des comptes a formulé de vives critiques concernant la gestion du recul du trait de côte en France....

Les risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme

La prise en compte impérative des risques naturels dans l’instruction des autorisations d’urbanisme. Tempêtes, incendies, inondations, érosion du littoral : les évènements climatiques de grande ampleur se multiplient et leurs conséquences s’aggravent. Les illustrations du dérèglement...

Les modalités de la gestion quantitative de la ressource en eau 

Instruction du 14 décembre 2023 relative à la mise en œuvre du décret n°2021-795 du 23 juin 2021 et du décret n°2022-1078 du 29 juillet 2022 relatifs à la gestion quantitative de la ressource en...

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers » La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les...

Arrêté de permis de construire : l’erreur matérielle a t-elle une incidence sur sa portée et sa légalité ?

L’erreur matérielle entachant l’arrêté de permis de construire est sans incidence sur sa portée et sa légalité. Le code de l’urbanisme impose que l’arrêté de permis de construire vise la demande de permis ou la...

En découvrir plus sur le cabinet Drouineau 1927

Droit de l'urbanisme

Urbanisme et prévention des incendies

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers »

La loi n°2023-580 du 10 juillet 2023 renforce les outils de lutte contre les incendies, notamment par l’information préventive et la maîtrise de l’urbanisation. Pris en application des articles 23 et 26 de la loi, un projet de décret actuellement en consultation a pour objet d’étoffer ces nouvelles dispositions. Précisions.

L’article 26 de la loi du 10 juillet 2023 crée un nouvel outil de prévention : l’établissement de « zones de dangers » soumises à un régime d’occupation des sols particulier.

Tout commence d’abord par l’établissement d’une carte nationale qui reflète, pour l’ensemble du territoire de l’hexagone et de la Corse, le niveau de sensibilité aux feux de plus de 20 ha, établie selon un maillage précis. Cette carte a été publiée en juillet 2023 et peut être retrouvée ici. Sur le fondement de cette carte, les communes exposées à un danger élevé de feux de forêt et de végétation sont listées par arrêté interministériel.

Les zones de dangers ne sont établies que sur le territoire des communes listées et dont le territoire n’est pas couvert par un PPRIF (plan de prévention des risques naturels prévisibles d’incendie de forêt). Le préfet de département peut délimiter une partie de leur territoire comme « zone de danger », pour les terrains exposés à un « danger élevé ou très élevé de feux de forêt de végétation » (article L567-4 du Code de l’environnement). Le projet de délimitation est soumis à l’avis du conseil municipal et de l’organe délibérant de l’EPCI.

Dans cette zone de danger, le préfet « peut » rendre immédiatement opposables certaines règles d’urbanismes posées à l’article L567-5, par une décision rendue publique. On distingue alors :  

  • Les espaces urbanisés de la zone de danger, où sont interdits par principe tous les aménagements nouveaux[1] de quelque nature qu’ils soient. Par exception, peuvent être autorisés, sous conditions, les travaux de rénovation et extensions, les constructions et installations nécessaires à des services publics ainsi que les locaux techniques nécessaires à la gestion de la forêt. Sont autorisés sans prescriptions les aménagements nécessaires à la lutte contre les incendies.

  • En dehors des espaces urbanisés de la zone de danger, seuls peuvent être autorisés, sous conditions, les aménagements nécessaires à la lutte contre les incendies, à la gestion de la forêt et aux services publics.


[1] Le terme aménagement est ici utilisé au sens large, l’article désigne les « ouvrages, aménagements, installations ou constructions ».

Si le préfet décide de rendre ces règles effectives, elles seront directement opposables et ne nécessitent pas de transposition dans les documents d’urbanisme. La zone de danger est annexée au PLU et vaut servitude d’utilité publique.

Le décret actuellement en consultation ajoute un nouveau chapitre dans la partie réglementaire du Code de l’environnement intitulé « Dispositions particulières relatives à la prévention des incendies de forêt et de végétation », qui prévoit que :

  • Pour l’établissement de la carte de sensibilité nationale, l’avis des associations représentant les communes est réputée favorable après 2 mois laissés sans réponse (nouvel article R567-1).

  • Pour délimiter les zones de danger, un nouvel article R567-2 précise que le préfet prend en compte la carte de sensibilité ainsi que « d’éventuelles informations robustes complémentaires sur les aléas dont il dispose ».

La carte nationale de sensibilité n’est pas opposable juridiquement mais constitue une source d’information de référence : outre la définition des zones de dangers, les élus compétents en matière d’urbanisme sont incités à la prendre en compte pour « l’adaptation des décisions d’urbanisme en conséquence » (circulaire du ministre de la Transition Ecologique du 26 juillet 2023).

Enfin, notons que le décret a également pour objet de préciser le régime des OLD (obligations légales de débroussaillement). Pour rappel, l’article 23 de la loi du 10 juillet 2023 impose, à partir du 1er janvier 2025, au vendeur ou le bailleur d’un bien immobilier concerné par une zone assujettie à des OLD d’en informer le potentiel acquéreur ou locataire à chaque étape de la vente ou de la location.

Le projet de décret est ouvert à la consultation du public jusqu’au 10 mars 2024 et peut être retrouvé ici.

Urbanisme et prévention des incendies : un projet de décret pris en application de la loi du 10 juillet 2023 complète le régime des « zones de dangers »
Julie Gervais de LAFOND